Synergie entre deux médicaments contre la leucémie myéloïde aigüe: à un pas d’un traitement efficace

By James Bowers | PhD in Molecular Biology, Science Presenter, TV Researcher and Science Journalist

En combinant deux thérapies disponibles dans le commerce, les chercheurs du LBMCC/SNU ont observé une amélioration spectaculaire de l’efficacité du traitement contre les cellules leucémiques dans certains patients.

 
Le LBMCC propose une nouvelle combinaison de médicaments qui pourrait un jour remplacer la chimiothérapie pour le traitement de patients leucémiques présentant un type particulier de mutation génétique. Image fournie par Pixabay.com.

 

L’analyse de molécules présentes dans des traitements existant, menée par le laboratoire LBMCC, ouvre la voie à de nouveaux traitements contre le cancer

 

La leucémie myéloïde aigüe est la leucémie la plus courante chez les adultes. Bien que rare, une estimation suggère qu’aux Etats-Unis, 20,000 nouveaux cas seront diagnostiqués cette année. Des années de recherche permettent une meilleure compréhension de cette maladie débilitante, causée par une surproduction de cellules blanches par la moelle osseuse, mais le taux de survie demeure faible.

Actuellement, la LAM est traitée par chimiothérapie. En cas d’échecs, les seuls recours sont de continuer la chimiothérapie, ou de transplanter des cellules souches. La collaboration entre le Prof. Marc Diederich et Dr Claudia Cerella, aux Luxembourg, en France et en Corée, a permis la découverte des nouvelles approches pour le traitement de la LAM, et leurs récents résultats seront publiés dans la prestigieuse revue Leukemia. L’équipe analyse le potentiel anticancéreux d’un médicament appartenant aux glycosides cardiaques prescrit en cas d’insuffisance cardiaque, l’UNBS1450.

 

Cibler les gènes contrôlant la mort cellulaire

UNBS1450 représente l’un des plus grands espoirs, car il a été montré par le LBMCC que l’UNBS1450 inactive MCL1, un gène essentiel pour la survie des cellules cancéreuses, et cela même à faibles doses. Contrairement à la chimiothérapie classique, cette approche pourrait cibler uniquement les cellules leucémiques, menant ainsi la voie vers un traitement plus personnalisé.

En quelques mots, les cellules cancéreuses présentent un danger car les gènes tels que MCL1 sont activés continuellement, favorisant la survie des cellules malsaines qui s’agrègent en tumeurs ou, dans le cas de la LAM, s’accumulent sans fonction physiologique. En bloquant MCL1, il a été ont montré que l’UNBS1450 induit l’autodestruction des cellules maladives et réduit potentiellement la tumeur ou le nombre de cellules leucémiques. Cependant, environ un tiers des patients présentent une mutation supplémentaire dans le gène BCL2, qui agit de façon similaire à MCL1.

Afin de cibler les deux gènes simultanément, l’équipe du LBMCC a combiné l’UNBS1450 avec un autre médicament révolutionnaire, le Venetoclax. Les résultats montrent que, chez les patients produisant les deux protéines cancéreuses, le traitement de lignées cellulaires par les deux molécules provoque la mort cellulaire très efficacement. Qui plus est, sur des cellules isolées de patients leucémiques, ce composé est encore plus efficace que les molécules individuelles, et laisse les cellules saines environnantes intactes. De plus, il ne tue pas les cellules lymphoïdes, qui protègent notre corps contre les infections. Ainsi, ce composé novateur et différentiel ne devrait pas induire d’effets secondaires néfastes associés au traitement actuel contre la LAM, la chimiothérapie. Ces résultats ouvrent la voie vers l’évaluation de  l’UNBS1450 dans de futurs essais cliniques, et sont le moteur de leur utilisation en combinaison avec d’autres molécules pour traiter la LAM.  

 

Cet article a été rédigé par James Bowers. Suivez le sur Twitter: @jimbologist

 

Synergie entre deux médicaments contre la leucémie myéloïde aigüe: à un pas d’un traitement efficace

Synergie entre deux médicaments contre la leucémie myéloïde aigüe: à un pas d’un traitement efficace

En combinant deux thérapies disponibles dans le commerce, les chercheurs du LBMCC/SNU ont observé une amélioration spec...
863 0

There are no comments yet. Be the first to share your thoughts.